En route pour Berne !

Réunis en congrès électoral de ce samedi 9 mars,  les membres du PSN ont désigné leurs six candidat-e-s aux élections fédérales. Membre de notre section, Gregory Jaquet est dans la course à la chambre du peuple aux côtés de ses colistier.ère.s.

Dans son communiqué de presse, le PSN explique que les listes présentées au Conseil des Etats et au Conseil national traduisent notre engagement pour une représentation paritaire de la population neuchâteloise à Berne et notre confiance dans une relève politique compétente et expérimentée.
Dans leurs discours, les candidat-e-s ont décliné leurs propositions sur des thèmes chers au Parti socialiste : le plafonnement des primes d’assurance maladie, le climat, l’égalité femmes-hommes, l’emploi et la formation, la redistribution des richesses ainsi que la mobilité.

Continuer la lecture de En route pour Berne !

Course de section à la radio romande

Visite des locaux de la RTS à Lausanne ce matin, pour une partie de notre section.

Nous avons été cordialement reçu et nous avons découvert les rédactions et les lieux de productions avec beaucoup d’intérêt. Dans les studios, nous avons assisté au journal de 12 heures et à deux émissions, sur Option musique et Couleur 3, avant de prendre le repas a la cafétéria.

Merci aux personnes qui nous ont reçu, aux journalistes qui nous ont expliqué les réalités de leur métier exigeant et aux organisateurs de la sortie. Continuer la lecture de Course de section à la radio romande

Budget 2019 de Milvignes : La gauche dénonce le manque cruel de vision de la majorité de droite

Le groupe PS-Verts dénonce le manque cruel de vision de la majorité de droite du Conseil général dont la seule et unique préoccupation est d’éviter tout investissement, qu’elle considère comme une simple dépense à éliminer. Soutenir des projets dans des pays du Sud et sensibiliser les élèves d’ici aux problématiques du développement durable ou encore soutenir la formation de nos jeunes, afin d’éviter qu’ils ne se retrouvent sans solution, sont pourtant bien des investissements aux yeux du groupe PS – Les Verts.

Le groupe PS-Verts regrette profondément le refus du Conseil général de Milvignes, à majorité de droite, des deux amendements qu’il a proposé dans le cadre du débat sur le budget 2019. Le premier proposait une contribution de 18’000 francs à Latitude 21, soit l’équivalent de 2 francs par an et par habitant, afin de soutenir des projets de coopération au développement et, par la même occasion, de réaliser un projet pédagogique en collaboration avec les écoles (cf. développement ci-joint). Le second demandait, après la coupe de 9000 francs opérée par la droite dans le budget 2018, la réintroduction d’une subvention destinée aux jeunes artistes de notre commune afin de leur permettre de se former auprès de l‘Académie de Meuron, dont les prestations, complémentaires avec celles d’autres écoles, comblent un vide dans le domaine artistique (cf. développement ci-joint).

Depuis que la commune fusionnée a vu le jour avec ses 9’000 habitants, Milvignes se considère comme une ville et souhaite jouer dans la même cour que les grandes communes du canton. Pourtant, le manque cruel de vision et la gestion étriquée des affaires publiques qu’en fait la majorité PLR, tant au Conseil communal qu’au Conseil général, cantonne notre commune dans une gestion villageoise technocratique et sans ambition. Le seul objectif de la droite pour notre commune est d’investir le strict minimum – parfois même en deçà – afin de maintenir envers et contre tout le taux d’imposition le plus bas du canton. Ainsi, la majorité de droite s’oppose systématiquement aux propositions du groupe PS-Verts visant à améliorer la qualité de vie des habitants et le vivre-ensemble, que ce soit à travers le développement durable, une politique de cohésion sociale, notamment en faveur de la jeunesse, la solidarité avec les démunis d’ici et d’ailleurs, etc. Pourtant, les finances de la commune sont saines et ces dernières années, les mauvaises prévisions budgétaires se sont systématiquement soldées par des comptes positifs.

Le groupe PS-Verts continuera à se battre pour que les trois piliers indissociables du développement durable, que sont l’environnement, le social et l’économie, soient enfin appliqués de façon égale dans notre commune.

Amendement Latitude 21 +  Amendement Lycée artistique + 20181214 CP PS-Verts Milvignes

Le groupe PS-Verts propose un engagement solidaire de Milvignes avec les pays du Sud

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Milvignes, le 12 décembre 2018

MILVIGNES – Budget 2019 : Le groupe PS – Les Verts demande un engagement de solidarité avec les pays du Sud.


La commune de Milvignes, qui bénéficie d’une situation socio-économique favorable et qui maîtrise tant ses charges que l’évolution de ses recettes, n’assume aucun engagement de solidarité avec les pays du Sud alors que plusieurs autres communes neuchâteloises le font déjà. C’est pourquoi dans le cadre du budget 2019, le groupe PS – Les Verts de Milvignes proposent d’allouer CHF 18’000.- à Latitude 21. 

Le groupe PS – Les Verts de Milvignes constate que la commune de Milvignes n’est pas active dans le domaine de la coopération au développement. Milvignes, qui bénéficie d’une situation socio-économique favorable et qui maîtrise tant ses charges que l’évolution de ses recettes, n’assume en effet aucun engagement de solidarité avec les pays du Sud alors que plusieurs autres communes neuchâteloises le font, telles que Neuchâtel, Val-de-Travers, Corcelles-Cormondrèche, Les Ponts-de-Martel, etc..

Dès lors, le groupe PS – Les Verts de Milvignes propose de corriger cet état de fait en demandant d’allouer 18’000.- francs, soit 2 francs par habitant et par an, au budget 2019, afin de soutenir des projets de coopération au développement proposés par Latitude 21. Cette fédération neuchâteloise de coopération au développement aide 19 associations à but non lucratif basées dans le canton de Neuchâtel à améliorer et à financer leurs projets dans les pays du Sud en partenariat avec les populations locales.

Dans le nouveau cadre de référence international constitué par l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de développement durable, Latitude 21 mène également des actions d’information et de sensibilisation auprès de la population neuchâteloise. Mettre fin à la pauvreté, permettre à tous de vivre en bonne santé, promouvoir une croissance économique soutenue et durable, assurer une bonne gouvernance, ralentir le changement climatique, préserver les écosystèmes sont autant d’objectifs désormais visés par les pays riches tout autant que les pays pauvres.

En acceptant d’allouer ce montant de 18’000.- francs à Latitude 21, le conseil général serait assuré que la dépense sera contrôlée et pertinente tout en répondant à un besoin réel de la population locale. Milvignes rejoindrait ainsi d’autres communes neuchâteloises et s’associerait à l’effort cantonal dans le domaine de la coopération au développement, faisant ainsi sa part dans la mise en place de l’Agenda 2030. Un peu comme le colibri de la légende amérindienne face à l’incendie de sa forêt.

Amendement PS – Les Verts : lien

CONTACTS

Claude Grimm, conseillère générale Verte de Milvignes,
grimmclaude@bluewin.ch, 079 339 05 73

Marianne Guillaume-Gentil, conseillère générale PS de Milvignes,
marianne.guillaumegentil@gmail.com, 078 911 36 74

Voir le communiqué de presse:

Comm Presse PS-Verts Milvignes – Budget 2019 – Pour un engagement de solidarité avec les pays du Sud

Continuer la lecture de Le groupe PS-Verts propose un engagement solidaire de Milvignes avec les pays du Sud

Carton jaune à La Poste adressé par plus de 300 citoyens de nos villages !

L’appel lancé par l’exécutif a été un succès lundi soir à Auvernier. Le discours rassembleur du conseiller communal socialiste Grégory Jaquet reproduit ci-dessous.

Arrivant des villages voisins, descendant des rues d’Auvernier, plus de 300 personnes ont rejoint la rue du Lac, fermée pour l’occasion lundi soir. Ils ont écouté le discours puis signé les cartes postales illustrant les horaires de leur office et adressées au Conseil fédéral.

Cette union des citoyens de nos trois villages est un symbole fort, cinq ans après la fusion, d’une communauté qui trouve des objectifs communs et qui se réunit pour les partager.

(La photo est une reproduction de l’image publiée par Arcinfo dans l’édition de ce jour. Elle est l’oeuvre du photographe David Marchon)

Discours du conseiller communal socialiste Grégory Jaquet

(reproduit avec son autorisation) Continuer la lecture de Carton jaune à La Poste adressé par plus de 300 citoyens de nos villages !

« Créativité et résistance » Elmar Mock, le génial inventeur de la Swatch en conférence à Colombier mercredi soir

Le génial inventeur de la Swatch sera aux Mûriers à 20h30, dix jours avant sa conférence au Club 44

 

Lieu : Espace polyvalent du collège des Mûriers, à Colombier /NE

Date et heure : Mercredi 14 mars 2018 à 20h30

Entrée : libre

En invitant Elmar Mock pour la conférence publique en accès libre qui suivra son assemblée générale annuelle, la section Milvignes du parti socialiste neuchâtelois offre à la population la découverte d’un esprit constructif flamboyant.

Elmar Mock n’a pas sa langue dans sa poche. Pour qui a assisté à l’une de ses présentations publiques, il est cet homme attachant qui bouscule avec talent les idées reçues, affronte le sens du vent et ose un vocabulaire percutant.

Depuis l’invention de la Swatch, montre en plastique iconoclaste en pleine agonie horlogère, Elmar Mock a foncé sa société Creaholic, une «fabrique de l’innovation» qui développe des solutions pour plus de 200 entreprises dont Ikea, Nestlé, Du Pont, Nespresso, BMW et Roche ne sont que les plus connues.

La société, qui comptera bientôt quelque 50 collaborateurs, réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 8 millions d’euros et lui a permis d’apposer sa signature sous 178 familles de brevets dans des domaines aussi divers que les industries de l’horlogerie, de l’automobile, de l’alimentation ou de la pharma.

Elmar Mock présentera sa conférence intitulée « Créativité et résistance » à Colombier, dix jours avant son intervention au Club 44 de La Chaux-de-Fonds.

Présentation

En 1975, à l’Ecole d’ingénieurs de Bienne où il étudie dans une ville au taux de chômage de plus de 10%, il est le premier de sa classe à trouver un emploi. «C’était un jeune passionné, dynamique et impertinent. Il n’hésitait pas à contredire son chef pour défendre ses projets, ce qui est rare», se souvient Ernst Thomke. «Il était comme un cheval fougueux. Il fallait savoir le guider».

Ensuite, il y a la Swatch et sa légende.

En 1980, une séance mémorable lors de laquelle le jeune ingénieur Elmar Mock, spécialisé dans les plastiques polymères, doit justifier l’achat d’une machine de moulage par injection de 500’000 francs auprès d’Ernst Thomke, le patron d’ETA. Une véritable folie alors que l’industrie horlogère suisse est en pleine agonie. Le boss est furieux face à une dépense «irresponsable», mais finit par se calmer lorsque son employé lui soumet de premières esquisses de cette montre en plastique iconoclaste. La suite est connue.

Traversée du désert

Après le bref moment de gloire dû au succès de la Swatch, Elmar Mock quitte rapidement ETA pour créer sa propre entreprise en 1986. Persuadé que le monde n’attend que son génie, il connaît une longue traversée du désert. Creaholic ne décolle qu’au milieu des années 1990 pour devenir une fabrique de l’innovation. «L’une des clés de voûte de la construction de la Swatch est le soudage du plastique par ultrasons. Nous avons poursuivi nos recherches dans cette voie», raconte Elmar Mock. Pour Ikea notamment, Creaholic développe des solutions permettant de souder du bois. Puis elle réussit même à souder des os pour un secteur médical qui n’y croyait pas au départ.

Les clients de la société biennoise sont des entreprises ayant pignon sur rue. Pour celles-ci, innover relève un peu de la schizophrénie. Elles doivent à la fois assurer le présent, ce qui implique un certain conservatisme, tout en devant préparer l’avenir grâce à des produits disruptifs. «L’innovation est un labyrinthe et l’important est de se mettre en mouvement. Mais il faut savoir sortir du labyrinthe avec un produit concret capable de conquérir le marché», souligne Elmar Mock, qui adore citer Charles de Gaulle: «Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche!»

Profits redistribués

Creaholic? Une sorte de «kolkhoze capitaliste», lâche son fondateur, un champion de l’autodérision. L’entreprise appartient à ses employés et ne génère des profits pour les leur redistribuer. Ici, l’écart entre le plus haut et le plus bas salaire ne dépasse pas un multiplicateur de 2,6. Elmar Mock gagne pour sa part quelque 200’000 francs par an.

Agé de 63 ans, l’ingénieur travaille désormais à la pérennité de l’entreprise. L’an dernier, Creaholic accueillait 25 nouveaux collaborateurs issus de la cellule d’innovation de Swisscom, qui a pris une part de 5% du capital.

Elmar Mock s’est déjà retiré de la direction opérationnelle, ne siégeant plus qu’au conseil d’administration. «Je suis devenu un vieux sage. Non, plutôt un vieux singe!»

Conférences inspirantes

S’il est toujours à la tête de Creaholic, aujourd’hui, Elmar Mock transmet sa vision de l’innovation, empreinte d’anecdotes, de références et de métaphores, en donnant des conférences à travers le monde. Et ce féru de langage imagé de conclure par une métaphore (rapportée par un proche) qu’il affectionne tout particulièrement.

«Il existe deux sortes de chiens. Celui qui, assis au pied de son maître, attend ses ordres pour aller chercher la proie et la lui ramener. Ils constituent l’immense majorité. Et l’autre espèce qui n’obéit pas, piste la proie sans savoir où il va, mais la poursuit jusqu’à ce qu’il la trouve. On ne peut intervertir leurs rôles. Ils sont programmés ainsi.» Et la société a besoin des deux.

Communiqué de presse

Elmar Mock

Auvernier, Bôle et Colombier