Votations du 24 septembre 2017

Votations fédérales

OUI à la sécurité alimentaire
OUI au financement additionnel de l’AVS par le biais d’un relèvement de la taxe sur la valeur ajoutée (nécessaire pour la prévoyance vieillesse 2020)
OUI à la prévoyance vieillesse 2020

Le projet est un compromis issu d’une âpre négociation entre les partis de gauche et du centre et a été adopté par une seule voix de majorité au Conseil national. Son obtention a mis fin, temporairement, au projet de la droite conservatrice d’élever l’âge de la retraite pour tous à 67 ans. Il stabilise le régime des retraites jusqu’à l’horizon 2030.
Certes, les partis de gauche en espéraient plus et on doit regretter l’augmentation de 64 à 65 ans de l’âge de la retraite pour les femmes. Néanmoins, ce projet contient de nombreuses améliorations, particulièrement pour les femmes.
Ensuite, et cela touche la LPP (2 pilier), la
déduction de coordination sera adaptée au taux d’occupation dans le cas d’un travail à temps partiel. Cette modification aidera plus particulièrement les femmes.
Dernier élément, la réforme instaure une protection pour les chômeurs âgés de 58 ans et plus, pour qu’ils ne perdent pas leur droit aux rentes LPP.
Pour toutes ces raisons, ce projet mérite le soutien de la gauche, car les améliorations sont tangibles. Un refus de notre part serait un coup de poignard dans le dos de notre ministre Alain Berset.
Encore un mot concernant l’égalité salariale homme-femme. Ce combat doit être porté sur son propre terrain et s’opposer à la réforme n’amènerait aucune avancée dans ce domaine.
Alors, soutenons le projet en glissant 2 fois un OUI à la Prévoyance vieillesse 2020 dans l’enveloppe de vote.

VOTATIONS CANTONALES

OUI au Nouvel Hôtel judiciaire

La construction du NHOJ répond à de nombreux besoins, qui s’expriment en termes de sécurité, fonctionnalité, organisation et modernisation.
Aujourd’hui, la sécurité n’est pas assurée. Quiconque peut entrer dans les locaux en dissimulant des engins dangereux. Le transport des prisonniers entre les locaux de détentions et les locaux de comparutions sont problématiques. Aucune entrée pour des fourgons n’existe dans les bâtiments de comparution.
Les bâtiments souffrent également de l’absence de salles d’attente, de locaux permettant les discussions entre avocats et comparants. Ils n’offrent ni discrétion, ni confidentialité.
Bien sûr que l’on pourrait argumenter qu’il serait possible d’adapter l’infrastructure actuelle aux besoins cités ci-dessus. Mais cette modernisation serait certainement plus coûteuse que la construction d’un nouveau bâtiment moderne, répondant aussi aux critères de la politique énergétique durable. Ce projet est cohérent, il s’inscrit dans une politique globale et permet à un pilier des institutions neuchâteloises de penser son avenir avec une dépense raisonnable. Le Grand Conseil et tous les partis l’ont validé comme étant un choix pertinent et raisonnable.

En votant OUI, nous donnons un signal clair aux autorités cantonales que, sans donner de blanc- seing, nous ne souhaitons pas remettre en cause ses décisions à chaque choix qui implique une dimension opposant le haut et le bas du canton.

OUI à la Réforme des institutions

OUI au report de l’harmonisation de l’impôt des frontaliers (RIFRONT)

En 2014, le parlement cantonal a adopté la nouvelle répartition des impôts. Il s’agissait de partager équitablement ce que paient les contribuables afin de permettre une solidarité entre les communes qui perçoivent beaucoup d’impôts et celles qui en perçoivent moins. Harmoniser l’impôt des frontaliers était une des mesures décidées dans cet accord.
Elle impliquait que les communes qui reçoivent les impôts payés par les travailleurs frontaliers doivent désormais les verser dans le pot commun. Or, en 2017 un décret interpartis voté par le Grand Conseil a décidé que, vu la conjoncture très difficile qu’affrontent les communes industrielles concernées par cette mesure et leur difficultés à la réaliser en reversant l’impôt frontalier dans le pot commun, cette harmonisation devait être reportée à une date ultérieure.
C’est cette dernière décision qui est attaquée par le référendum et qui soumet cette question au peuple, le 24 septembre. Les référendaires considèrent qu’il n’est pas admissible que cette dernière mesure n’entre pas en vigueur alors que les autres sont réalisées.
Pour Milvignes, 500’000 francs, peut-être un million de francs, sont en jeu. Il est temps de démontrer que l’entraide n’est pas un mot-valise mais notre valeur refuge, que nous sommes disposés à partager ce qui nous revient selon une ancienne décision, parce que les conditions ont changé. La cohésion est un bien précieux sur lequel il convient de veiller. En fragiliser le socle en attisant les tensions régionales à des fins politiques, c’est manquer de respect à l’ensemble des Neuchâtelois.
Le parti socialiste cantonal est favorable au report de l’harmonisation et à suivre la décision du Grand Conseil. Il recommande donc de voter OUI. La section PS de Milvignes, bien qu’active dans une commune qui pâtira financièrement de cette décision, recommande également de voter OUI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.